RIO DE JANEIRO — La police militaire de Rio de Janeiro tentait de contrôler des manifestants qui contestaient d’éventuelles mesures d’austérité, mercredi, alors que ceux-ci menaçaient de perturber une réunion de responsables politiques sur la question.

Les protestataires ont forcé une barrière entourant l’édifice qui abrite l’Assemblée législative de l’État de Rio de Janeiro, où des parlementaires étudiaient de possibles mesures d’austérité.

Munis de bouclier, de casques et de pistolets lançant du gaz poivré, les policiers se sont placés en ligne pour protéger l’entrée du bâtiment gouvernemental. Après plusieurs heures de manifestation, certains contestataires sont parvenus à briser la clôture entourant le terrain du parlement en plusieurs points.

Le gouvernement fédéral avait dépêché des centaines de policiers militaires pour aider les autorités régionales à intervenir, mercredi, alors qu’une manifestation similaire avait dégénéré dans la violence, la semaine dernière.

L’État de Rio de Janeiro traverse une crise financière depuis que sa principale ville a hébergé les Jeux olympiques. Des milliers d’employés de l’État n’ont pas été payés ou ont été rémunérés avec plusieurs mois de retard.

Plus tôt mercredi, le gouverneur de l’État, Luiz Fernando Pezao, avait fait valoir que les manifestations violentes n’apportaient rien de bénéfique. Il avait pressé du même souffle les contestataires à plutôt «amener leurs idées à l’intérieur même du parlement pour (contribuer) à résoudre la crise», ajoutant que le problème ne concernait pas seulement Rio de Janeiro, mais l’ensemble du Brésil.

La plus grande économie d’Amérique latine est plongée dans la pire crise financière qu’elle a connue depuis plusieurs décennies. Les taux de chômage et l’inflation s’élèvent au-dessus de 10 pour cent. Les licenciements surviennent par ailleurs au quotidien.

Le gouvernement central n’a pas l’intention d’offrir un plan de sauvetage à l’État de Rio de Janeiro, craignant qu’un tel soutien ne provoque un effet d’entraînement poussant d’autres États à réclamer également de l’aide.

Les mesures d’austérité envisagées par les élus de Rio de Janeiro comprennent des coupes dans les services sociaux et une réduction du salaire des hauts responsables de l’État.

Dans la capitale brésilienne, Brasilia, un groupe de protestataires a réussi à s’introduire dans la Chambre des députés, mercredi. Des images diffusées par Globo News montrent quelque 50 personnes en train d’interrompre une session plénière, réclamant un retour au régime militaire.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus