BEYROUTH — Plus de 20 personnes ont été tuées et une station de pompage endommagée jeudi, au troisième jour d’une nouvelle campagne de frappes aériennes contre les secteurs rebelles de la ville d’Alep, dans le nord de la Syrie.

L’armée russe a également annoncé que des frappes aériennes lancées plus tôt cette semaine dans la province d’Idlib ont tué au moins 30 membres du Front Fatah al-Sham, dont trois dirigeants de ce groupe affilié à Al-Qaïda.

À Alep, les secouristes ont mis quatre heures à extirper un bambin de six ans des décombres, mais sa mère a été tuée. La station de pompage de Bab al-Nairab a été frappée par un baril explosif. La station a été endommagée, mais demeure opérationnelle.

L’Observatoire syrien des droits de la personne, à Londres, fait état de 25 morts, tandis qu’un autre groupe évoque 28 personnes tuées.

Les frappes aériennes de mercredi avaient touché une banque de sang et un hôpital pédiatrique.

L’organisation caritative Oxfam calcule que plus de 250 000 personnes n’ont qu’un accès limité à l’eau potable et à la nourriture dans l’est d’Alep, à l’approche de l’hiver, et craint l’éclosion d’épidémies.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus