LE CAIRE — L’Égypte a gracié jeudi 82 détenus, dont plusieurs étudiants ayant participé à des manifestations, un photographe de presse et un ancien animateur de télévision condamné pour blasphème envers les symboles religieux.

La liste des prisonniers ayant obtenu le pardon du président Abdel-Fattah el-Sissi a été établie par un comité mis sur pied pour examiner les dossiers de jeunes détenus qui n’ont pas été impliqués dans des actes violents.

Les membres du comité ont indiqué que les militants actifs des Frères musulmans, un groupe désormais interdit en Égypte, n’obtiendraient pas de pardon.

Les autorités égyptiennes ont arrêté des milliers de personnes au cours des trois dernières années, principalement des islamistes, mais aussi des militants laïques. Le gouvernement n’a pas précisé combien de personnes étaient détenues, mais des groupes de défense des droits de la personne estiment qu’il y en aurait de 20 000 à 40 000.

Les détenus libérés jeudi comprennent une trentaine d’étudiants, dont cinq âgés de 18 ou 19 ans. Le photographe de presse Mohammed Ali Salah Mohammed, 21 ans, fait aussi partie des personnes ayant obtenu le pardon présidentiel.

L’animateur de télévision Islam Behery, qui avait été condamné à un an de prison en mars, a également été libéré. Il avait utilisé son émission de télévision pour réclamer le retrait d’«éléments extrémistes» des interprétations de textes religieux et de l’héritage musulman. Il plaidait en faveur de réformes religieuses et faisait valoir que les textes de certains érudits religieux contenaient des passages faisant la promotion de l’extrémisme.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus