The Associated Press Les manifestants se sont réunis au centre-ville de Kuala Lumpur.

KUALA LUMPUR, Malaisie — Plus de 10 000 Malaisiens vêtus de chandails jaunes ont manifesté samedi, à Kuala Lumpur, en Malaisie, réclamant la démission du premier ministre Najib Razak, éclaboussé par un scandale financier.

La police a procédé à 20 arrestations.

Les manifestants ont envahi les rues du centre-ville pour ensuite se diriger vers les tours jumelles Petronas, après avoir tenté en vain d’accéder à la Place de l’indépendance, lieu généralement tout désigné pour les protestations. La police occupait toutefois l’endroit, armée de canons à eau.

Plusieurs protestataires scandaient le nom du groupe militant pour une réforme électorale, Bersih, arborant des chandails aux couleurs de la formation. D’autres slogans tels que «Sauvons la démocratie» fusaient.

L’ancien premier ministre Mahathir Mohamad, l’une des principales figures à exhorter M. Razak à démissionner, a pris part au rassemblement.

Il a fait valoir que les Malaisiens ne vivent plus dans une démocratie, mais une «kleptocratie», soit un État mené par des voleurs.

Le rassemblement s’est terminé dans le calme.

Le premier ministre Najib Razak —qui dément les allégations de corruption dont il fait l’objet— se trouve présentement au Pérou pour assister au Sommet de coopération économique Asie-Pacifique, l’APEC.

Ce dernier s’accroche au pouvoir d’une main de fer depuis qu’il a commencé à être visé par des soupçons de corruption, il y a deux ans. Ces allégations portent principalement sur des sommes qui auraient été détournées dans le cadre du fond 1MDB fondé par M. Razak. 1MDB est au centre d’enquêtes menées par plusieurs pays, notamment par les États-Unis.

La manifestation de samedi était la 5e organisée par Bersih. Des rassemblements avaient aussi lieu dans deux villes malaisiennes de l’Île de Borneo.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus