The Associated Press Le comédien Brandon Victor Dixon a interpellé directement Mike Pence après la représentation.

NEW YORK — Le président élu des États-Unis, Donald Trump, a réclamé samedi des excuses de la part du membre de la distribution de la comédie musicale «Hamilton», à l’affiche sur Broadway, qui a servi un discours sur l’égalité au vice-président désigné, Mike Pence, alors qu’il assistait à une représentation.

Le comédien Brandon Victor Dixon a lancé à M. Pence, à la fin du spectacle, que la troupe multiculturelle avait expriné des craintes quant à la future administration de Donald Trump

L’acteur qui prête dans la pièce ses traits à Aaron Burr, le troisième vice-président des États-Unis, a soutenu que la distribution d’«Hamilton» représente l’«Amérique diversifiée» qui s’inquiète que ses droits et ceux de ses enfants ne soient pas protégés dans le futur.

Il a dit espérer que Mike Pence se sentira inspiré par la comédie musicale pour «protéger les valeurs américaines et pour travailler au nom de tous».

Le républicain s’est dirigé vers la sortie avant que Brandon Victor Nixon n’ait terminé de livrer son message, mais a pu entendre tout le discours de l’acteur à partir du couloir de l’auditorium.

Le président désigné Donald Trump a qualifié un tel acte de «harcèlement», samedi, réagissant par le biais de Twitter. Il a ajouté qu’un théâtre devait être un endroit sûr en tout temps, exigeant par le fait même des excuses à l’égard de Mike Pence.

M. Dixon a ensuite répondu, également sur Twitter. «Une conversation n’est pas du harcèlement, monsieur. J’apprécie que Mike Pence se soit arrêté pour (nous) écouter», a écrit le comédien.

L’atmosphère était tendue, au théâtre Richard Rodgers, avant même le début de la représentation de vendredi. À son arrivée, le vice-président s’est attiré tant des applaudissements que des huées avant de prendre place dans un siège bien placé de la salle.

Alors que Mike Pence s’apprêtait à quitter une fois le spectacle terminé, Brandon Victor Dixon l’a interpelé et tenté de le retenir.

À l’extérieur, plusieurs protestataires attendaient le futur vice-président républicain. Une femme brandissait une pancarte sur laquelle était inscrite une phrase phare de la comédie musicale, qui est presque coup sur coup acclamée au fil des représentations : «Immigrants, nous effectuons le travail».

«Hamilton» a été acclamée par de nombreux politiciens et personnalités du milieu de la musique. Le président sortant et ses deux filles, Malia et Sasha, ont notamment vu la comédie musicale l’année dernière. La production a obtenu 11 prix Tony.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus