Jacquelyn Martin Jacquelyn Martin / The Associated Press

BEDMINSTER, N.J. — Le vice-président désigné des États-Unis, Mike Pence, a dit qu’il n’avait pas été offusqué lorsqu’il a été interpellé par la troupe de la comédie musicale «Hamilton», à l’affiche sur Broadway, alors qu’il assistait à une représentation du spectacle à succès.

En entrevue à l’émission Fox News Sunday, Mike Pence a même invité tout le monde à tenter d’aller voir la comédie musicale qui affiche complet.

Alors qu’il assistait à une représentation d’«Hamilton» en compagnie de sa fille, vendredi soir, le vice-président a été accueilli par un mélange de huées et d’applaudissements.

Il a raconté, dimanche, avoir alors expliqué à sa fille qu’il s’agissait du son de la liberté.

En fin de spectacle, vendredi, le comédien Brandon Victor Dixon a lancé à M. Pence que la troupe multiculturelle avait exprimé des craintes quant à la future administration de Donald Trump.

Celui qui prête dans la pièce ses traits à Aaron Burr, le troisième vice-président des États-Unis, a soutenu que la distribution d’«Hamilton» représente l’«Amérique diversifiée» qui s’inquiète que ses droits et ceux de ses enfants ne soient pas protégés dans le futur.

Il a dit espérer que Mike Pence se sentira inspiré par la comédie musicale pour «protéger les valeurs américaines et pour travailler au nom de tous».

Le président élu Donald Trump a réclamé des excuses de la part de la troupe d’«Hamilton», réagissant samedi par le biais de Twitter et réitérant sa demande dimanche matin. Le républicain avait même suggéré que la critique favorable au spectacle était exagérée.

Quoi qu’il en soit, Mike Pence a vanté les mérites d’une «production incroyable» mettant en vedette des comédiens de grand talent, dimanche.

Il a ajouté qu’il laissait aux autres le soin de juger si des excuses de la troupe sont nécessaires.

Donald Trump a en outre critiqué, dimanche, l’émission satirique «Saturday Night Live», dans un Tweet, déplorant une «émission biaisée (et) pas drôle du tout».

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus