The Associated Press Nicolas Sarkozy.

Deux anciens premiers ministres s’affronteront à l’occasion du deuxième tour des primaires de la droite en vue de l’élection présidentielle française de 2017.

François Fillon est arrivé en tête du scrutin. Après le dépouillement dans 9491 des 10 228 bureaux de vote, il a obtenu 44,2 pour cent des suffrages. Il devance Alain Juppé qui a recueilli 28,6 pour cent. Près de 4 millions de personnes ont participé au scrutin.

Tous deux devancent largement l’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, qui n’a récolté l’appui que de 20,6 pour cent des voix.

Aucun des quatre autres candidats ne dépasse 2,6 pour cent.

Selon M. Fillon, le résultat représente un «remarquable succès populaire», a rapporté le site internet du quotidien Le Monde.

«C’est une vague qui démontre l’incroyable intérêt des citoyens pour l’avenir de leur pays. Depuis des mois, je ne dévie pas de mon sillon», a-t-il affirmé.

Il a profité de l’occasion pour lancer un appel à tous les Français, leur disant qu’il allait bâtir «une alternance forte pour la France».

Malgré l’écart qui le sépare du meneur, Alain Juppé, qui fut premier ministre de Jacques Chirac de 1995 à 1997, n’a pas l’intention de renoncer à la victoire au second tour des primaires.

«J’ai décidé de continuer le combat, pour tous ceux qui croient en moi pour mes convictions, pour l’idée que je me fais de la France. Je crois que plus que jamais le peuple de France a besoin de se rassembler», a-t-il déclaré.

M. Sarkozy a reconnu sa défaite, annonçant qu’il appuiera M. Fillon, qui fut son premier ministre de 2007 à 2012, en vue du second tour.

«Je respecte et je comprends la volonté des électeurs de choisir pour l’avenir d’autres candidats que moi. Je veux féliciter Alain Juppé et François Fillon, qui sont qualifiés. Ce sont deux personnalités de grande qualité qui font honneur à la droite française», a-t-il déclaré.

Sa réaction a été beaucoup plus sereine que certains de ses partisans. Certains se sont pris aux journalistes les accusant d’être «des traîtres» et «des vendus», ont rapporté divers médias.

Comme il l’avait fait lors de sa défaite contre François Hollande en 2012, M. Sarkozy a annoncé son retrait de la vie politique.

«Il est donc temps pour moi d’aborder une vie avec plus de passions privées et moins de passions publiques. Bonne chance à la France. Tout ce qui touchera la France me touchera personnellement, je n’ai aucune amertume, je souhaite le meilleur pour mon pays», a-t-il ajouté.

Le scrutin du second tour aura lieu le 27 novembre.

La primaire du Parti socialiste du président Hollande se déroulera en janvier 2017. Un certain nombre de personnalités ont déjà annoncé leur candidature, dont des anciens ministres de M. Hollande qui, lui, serait toujours en réflexion.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus