Pablo Martinez Monsivais/The Associated Press Barack Obama et Vladimir Poutine

LIMA, Pérou — Le président américain Barack Obama a profité du sommet de l’APEC pour s’entretenir brièvement avec son homologue russe Vladimir Poutine, dimanche.

Leur conversation — sans doute la dernière rencontre en tête à tête entre les deux hommes à titre de chefs d’État — n’a duré que quatre minutes.

M. Obama a raconté aux journalistes qu’il a encouragé M. Poutine à respecter les engagements de la Russie envers l’Accord de Minsk visant à mettre un terme à la guerre civile en Ukraine. La Maison-Blanche et le Kremlin ont indiqué que les deux hommes s’étaient entendus pour que le secrétaire d’État américain John Kerry et le ministre russe des Affaires étrangères, Sergeï Lavrov continuent à travailler afin de faire diminuer la violence en Syrie au cours des dernières semaines de l’administration Obama.

M. Poutine a plus tard déclaré que tous deux se sont accordés pour dire que si les relations professionnelles entre eux avaient été difficiles, ils avaient «toujours respecté les positions de chacun» et «avaient toujours manifesté du respect entre eux».

Il a ajouté qu’il l’avait remercié de tout le travail qu’ils avaient accompli ensemble et qu’il sera heureux de l’accueillir en tout temps en Russie.

Les observateurs s’interrogent sur l’avenir des relations entre les deux superpuissances mondiales. L’arrivée au pouvoir de Donald Trump soulève les spéculations voulant que les États-Unis adoptent à l’avenir une approche plus conciliante envers la Russie. Pendant l’administration Obama, les Américains ont promulgué de sévères sanctions contre la Russie en raison de son comportement agressif envers l’Ukraine voisine et ont tenté en vain de convaincre Moscou de cesser d’intervenir en Syrie pour aider le régime de Bachar el- Assad.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus