PHNOM PENH, Cambodge — Un tribunal cambodgien spécial a confirmé mercredi les peines de prison à vie précédemment imposées aux deux plus importants leaders des Khmers rouges toujours vivants.

Le régime de Pol Pot est tenu pour responsable de la mort de 1,7 million de personnes. Le tribunal a expliqué que l’ampleur de ces crimes démontre que les deux hommes n’avaient aucune considération pour la vie des Cambodgiens.

La Chambre de la Cour suprême a décidé que la peine imposée en 2014 par un tribunal épaulé par les Nations unies était «appropriée», compte tenu de la gravité des crimes et du rôle joué par les deux hommes — Khieu Samphan, l’ancien chef d’État du régime, et Nuon Chea, l’ancien bras droit de Pol Pot.

Khieu, 85 ans, et Nuon, 90 ans, avaient été reconnus coupables de crimes contre l’humanité. Ils avaient été arrêtés en 2007 et ont commencé à purger leur peine en 2014.

Des centaines de milliers de personnes sont mortes de faim ou de maladie en raison des politiques extrêmes du régime communiste des Khmers rouges, entre 1975 et 1979. D’autres ont été exécutées.

Khieu et Nuon font l’objet d’un second procès pour génocide.

Le premier ministre cambodgien Hun Sen a menacé de fermer le tribunal si d’autres procès sont intentés. Il était lui-même un dirigeant intermédiaire des Khmers rouges, et plusieurs membres de son gouvernement ont des antécédents similaires. C’est en s’alliant avec eux qu’il a pu cimenter son emprise sur le pouvoir.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus