MOSSOUL, Irak — Une frappe aérienne de la coalition américaine a détruit mercredi le quatrième des cinq ponts de Mossoul qui enjambent le fleuve Tigre, qui coupe la ville en deux.

Cette frappe devrait compliquer encore davantage le ravitaillement des forces de Daech (le groupe armé État islamique), alors que se poursuit l’offensive lancée par les forces irakiennes le 17 octobre pour reprendre la ville.

L’armée irakienne et ses alliés — les peshmergas kurdes et les miliciens sunnites — devront utiliser des pontons militaires pour traverser le Tigre quand ils en atteindront les rives.

Un général des forces spéciales irakiennes a confié à l’Associated Press que ses hommes repoussent lentement les djihadistes dans le quartier densément peuplé de Zohour. Il a dit que leurs progrès sont ralentis par les voitures piégées de Daech, même si plusieurs ont été détruites par des frappes aériennes avant d’atteindre leur cible. Ses forces contrôlaient environ la moitié du quartier mercredi après-midi.

Une centaine de membres lourdement armés des forces spéciales sont arrivés en après-midi et se sont immédiatement rendus au front.

Des dizaines de familles ont fui les échanges de tirs d’armes automatiques, de mortiers et d’artillerie pour tenter de rejoindre les refuges ouverts à leur intention. Cinq membres d’une même famille blessés par un obus de mortier tombé sur leur maison ont eu besoin de soins.

Des dizaines d’autres réfugiés ont toutefois été refoulés par les soldats, qui ont expliqué avoir été informés que Daech pourrait tenter d’infiltrer des kamikazes parmi eux.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus