The Associated Press François Fillon

PARIS — L’ex-premier ministre François Fillon sera le candidat de la droite à l’occasion de la prochaine élection présidentielle française dont le premier tour se déroulera le 23 avril 2017.

Comme prévu, M. Fillon — ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy — a terrassé son adversaire Alain Juppé lors du second tour de la primaire de la droite, dimanche.

Après le dépouillement dans 10008 des 10 229 bureaux de vote, M. Fillon a récolté 66,5 pour cent des voix, contre 33,5 pour cent pour son adversaire, qui a lui aussi occupé Matignon, mais sous la présidence de Jacques Chirac.

Près de 4,3 millions de personnes se sont déplacées pour choisir un candidat pour la droite et le centre de l’échiquier politique français.

Le discours prononcé par le vainqueur était celui d’un prétendant à la présidence. Dès le début, il a attaqué l’actuel président, le socialiste François Hollande, en affirmant d’amblée que «la France ne supporte pas son décrochage, la France veut la vérité et veut des actes».

«Le quinquennat qui s’achève a été pathétique il va falloir repartir de l’avant comme jamais depuis 30 ans», a-t-il déclaré, si on se fie au site internet du quotidien Le Monde.

Il a promis de défendre «les valeurs françaises et (de les partager) avec tous ceux qui, dans leurs différences, aiment la France».

«Personne ne devra se sentir exclu d’une société que je veux plus juste et plus solidaire», a souligné.

Ce n’est qu’à la toute fin du discours qu’il s’en est pris nommément à François M. Hollande, l’accusant d’avoir «abaissé la fonction présidentielle».

Auparavant, Alain Juppé a rapidement concédé la victoire à son rival à qui il a donné son soutien. Il lui a souhaité la victoire au printemps prochain.

Quant à son avenir immédiat, M. Juppé s’est contenté de dire qu’il se consacrera «pleinement à (sa) tâche de maire de Bordeaux qui (lui) apporte tant de joie», toujours selon le site internet du Monde.

Les deux hommes se sont plus tard échangé une molle poignée de main au siège de la Haute Autorité de la primaire, qui avait organisé et supervisé le scrutin.

Au premier tour, François Fillon avait reçu plus de 44 pour cent des voix, alors que M. Juppé avait obtenu moins de 29 pour cent des suffrages exprimés.

L’ancien président Nicolas Sarkozy, qui avait dû se contenter de seulement 20,7 pour cent des voix, avait été éliminé de la course.

M. Sarkozy a déjà transmis ses félicitations à M. Fillon. Par voie de communiqué, il lui a souhaité «bonne chance pour le combat politique qui l’attend».

François Fillon a fait campagne en promettant de mettre en place des réformes économiques d’envergure, de diminuer l’immigration et d’amorcer un rapprochement avec le président russe, Vladimir Poutine.

Les sondages suggèrent que le gagnant de la primaire de dimanche a de bonnes chances de remporter la présidence à l’occasion de l’élection prévue l’année prochaine.

La primaire d’une partie de la gaucche — le Parti socialiste et deux petits alliés écologistes — aura lieu en janvier 2017.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus