BERLIN — Les électeurs suisses ont rejeté dimanche une démarche visant à accélérer l’abandon de l’énergie nucléaire qui aurait forcé le gouvernement à fermer la dernière centrale en 2029.

Le projet défendu par le Parti vert aurait provoqué la fermeture de trois des cinq centrales nucléaires du pays dès l’année prochaine. Les sondages menés avant le référendum laissaient entrevoir une course serrée, mais finalement, 54,2 pour cent des électeurs ont rejeté la proposition, contre 45,8 pour cent qui l’ont appuyée.

Selon le système politique suisse, pour être adoptées, les propositions doivent recueillir l’appui d’une majorité du vote populaire à l’échelle du pays et dans les cantons — le nom des États en Suisse. Seulement six des 26 cantons ont appuyé le projet.

Dans la foulée du désastre nucléaire de Fukushima, au Japon, le gouvernement suisse a amorcé une transition graduelle vers les énergies renouvelables d’ici 2050.

Les centrales nucléaires peuvent poursuivre leurs activités, pourvu qu’elles soient sûres. Le gouvernement n’a pas établi un échéancier précis pour son virage vers d’autres sources d’énergie, dont l’éolien, le solaire et la biomasse.

L’initiative proposée par les Verts aurait limité la durée de vie des centrales nucléaires à 45 ans et aurait entraîné la fermeture des réacteurs Beznau 1, Beznau 2 et Muehleberg.

La plus récente des centrales à Leibstadt, près de la frontière allemande, a commencé ses activités en 1984 et aurait fermé ses portes en 2029.

Les centrales nucléaires produisent environ le tiers de l’électricité de la Suisse.

«Nous aurions aimé gagner, c’est sûr. Mais ce 45 pour cent de «oui» est un bon résultat», a déclaré Regula Rytz, la présidente des Verts au réseau de télévision SRF.

«Les problèmes n’ont pas été réglés avec ce référendum, dimanche. Nous continuerons de parler de sécurité, de sécurité financière et du développement des énergies renouvelables», a-t-elle ajouté.

Le Parti vert ne fait pas partie de la coalition gouvernementale.

L’Allemagne a été beaucoup plus radicale dans son chemin vers l’abandon du nucléaire. Le gouvernement prévoit fermer ses centrales d’ici la fin de l’année 2022.

«Sur le plan des affaires, il était certain qu’un abandon précipité de l’énergie nucléaire aurait amené seulement des inconvénients à la Suisse», a soutenu economiesuisse, organisation représentant des groupes d’affaires, qui a salué la décision des électeurs suisses.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus