VIENNE — Environ 80 % des quelque 34 000 Roms rencontrés dans neuf pays de l’Union européenne vivent sous le seuil de la pauvreté, selon un rapport dévoilé mardi par une agence européenne.

En comparaison, 17 % des citoyens de l’UE vivent sous le seuil de la pauvreté. Le taux de pauvreté des Roms varie de 58 % en République tchèque à 98 % en Espagne.

Le document ajoute qu’un enfant rom sur trois va au lit affamé au moins une fois par mois, tandis que la moitié des enfants âgés entre six et 24 ans ne fréquentent pas l’école.

L’Union européenne souhaite améliorer le niveau de vie des Roms après des siècles de discrimination. Un demi-million d’entre eux ont été exécutés pendant l’Holocauste.

L’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne fait état de certaines améliorations depuis la dernière enquête, en 2011. Le rapport de mardi témoigne toutefois «d’une privation répandue (…) qui détruit des vies roms» en Bulgarie, en République tchèque, en Grèce, en Espagne, en Croatie, en Hongrie, au Portugal, en Roumanie et en Slovaquie.

Le rapport constate également que:

– 63 % des Roms âgés entre 16 et 24 ans n’avaient pas d’emploi, n’allaient pas à l’école ou ne suivaient pas de formation au moment de l’enquête, comparativement à une moyenne de 12 % à travers l’UE. Le taux est de 72 % pour les femmes et de 55 % pour les hommes;

– Plus de 40 % des Roms ont affirmé avoir été victimes de discrimination en raison de leur ethnie au cours des cinq années précédentes; le quart de ceux-ci ont dit l’avoir été au cours de la dernière année;

– Le taux de Roms interrogés qui n’ont pas accès à une toilette intérieure va de 25 % en Bulgarie à 82 % en Roumanie.

L’enquête a été menée sur une période de six mois qui s’est terminée en avril.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus