COLUMBUS, Ohio — L’étudiant d’origine somalienne qui a utilisé sa voiture pour heurter un groupe de piétons sur le campus de l’Université Ohio State, lundi, s’en était pris sur Facebook aux interventions américaines dans les pays musulmans et a déclaré que si les États-Unis souhaitaient que les musulmans cessent «les attaques de loup solitaire», la paix devait être faite avec Daech (le groupe armé État islamique), a indiqué mardi un responsable des forces de l’ordre.

Les messages sur le compte d’Abdul Razak Ali Artan ont été relevés après les violences perpétrées lundi, qui ont fait 11 blessés. Les enquêteurs tentent de déterminer s’il s’agissait d’une attaque terroriste.

Ces publications ont été relayées par un responsable des forces de l’ordre ayant été mis au courant de l’enquête, qui a parlé à l’Associated Press sous le couvert de l’anonymat car il n’était pas autorisé à discuter de l’affaire publiquement.

Des dizaines d’agents du FBI ont commencé la recherche d’indices dans l’appartement d’Abdul Razak Ali Artan.

L’assaillant au volant de sa voiture a heurté un groupe de piétons, puis est sorti du véhicule et a commencé à poignarder des passants avec un couteau de boucher avant d’être abattu par un policier, lundi matin.

La plupart des victimes ont été blessées par la voiture, et deux ont été poignardées, ont indiqué les autorités. Une victime a eu une fracture du crâne. Quatre personnes étaient encore hospitalisées, mardi.

Une soi-disant agence de nouvelles de Daech a qualifié Abdul Razak Ali Artan de «soldat de l’État islamique» ayant «perpétré l’opération en réponse aux appels à cibler des citoyens des pays de la coalition internationale».

Il n’est pas inhabituel pour le groupe armé de décrire des assaillants à travers le monde comme des «soldats» sans revendiquer spécifiquement l’orchestration d’actes de violence.

Abdul Razak Ali Artan était né en Somalie et était résidant permanent aux États-Unis, selon un autre responsable américain s’étant exprimé sous le couvert de l’anonymat car n’étant pas autorisé à discuter publiquement de l’affaire.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus