The Associated Press

BOGOTA — Un avion nolisé qui transportait notamment les membres d’une équipe de football brésilienne de première division s’est écrasé tard lundi près de Medellin, en Colombie, faisant 71 morts. Six personnes ont toutefois survécu.

Le bilan a été revu à la baisse par les autorités colombiennes de l’aviation, mardi après-midi, alors que quatre individus qui figuraient sur la liste d’embarquement ne sont finalement pas montés à bord. Ces derniers n’étaient pas des joueurs de football, a-t-on précisé.

L’agence d’aviation civile de la Colombie a par ailleurs annoncé, mardi après-midi, avoir retrouvé les deux enregistreurs de vol de l’avion, précisant sur Twitter que ceux-ci étaient «en parfaite condition».

L’avion British Aerospace 146, qui était exploité par le transporteur bolivien LaMia, a lancé un appel d’urgence en raison d’un problème électrique avant de disparaître des écrans radars vers 22 h, heure locale, lundi, ont fait savoir des responsables.

L’appareil était parti de Santa Cruz, en Bolivie, et transportait notamment l’équipe de football Chapecoense pour le premier de deux matchs face à l’équipe Atletico National de Medellin, dans le cadre du tournoi Copa Sudamericana.

Sur sa page Facebook, le club a demandé à Dieu d’accompagner les joueurs, les responsables, les journalistes et tous ceux qui voyageaient avec l’équipe.

Vingt journalistes ont perdu la vie dans l’écrasement, ont rapporté les autorités, alors qu’un seul professionnel de l’information, Rafael Valmorbida, de Radio Oeste, a survécu. Tous les journalistes morts étaient des hommes travaillant pour des médias brésiliens locaux et certains pour de plus grandes chaînes telles que Fox et Globo.

Des membres d’influents clubs brésiliens de football ont par ailleurs dit, mardi, vouloir offrir aux joueurs du Chapecoense un prêt gratuit pour la saison de 2017, ajoutant que l’équipe ne devait pas être relayée à la seconde division pour trois ans alors qu’elle devrait se remettre de la tragédie.

En hommage aux joueurs morts dans l’accident, le champion Palmeiras a demandé à la Confédération brésilienne de football de faire porter le maillot des Chapecoense à l’occasion du dernier match de la saison.

Six survivants

Des dizaines de secouristes accourus sur les lieux de l’accident, lundi soir, ont tout d’abord été galvanisés par la découverte de survivants. L’ambiance s’est toutefois détériorée au fil des heures et les responsables ont décidé d’interrompre ce qui était devenu une opération de récupération des corps quand la pluie diluvienne et la mauvaise visibilité ont cloué les hélicoptères au sol, compliquant les efforts pour rejoindre le site à flanc de montagne.

À l’aube, des dizaines de corps ont été rapidement placés dans des sacs blancs pendant que les secouristes continuaient à fouiller les débris de l’avion.

Des images de la télévision locale montrent des survivants arrivant dans un hôpital sur des civières à bord d’ambulances. On compte parmi les survivants quatre joueurs, un membre de la délégation de l’équipe et une agente de bord bolivienne. Un gardien de but de l’équipe est mort après son arrivée à l’hôpital.

Un joueur, Alan Ruschel, a été transféré à l’unité des soins intensifs en raison d’une fracture de la colonne vertébrale, et il devra être opéré. Un autre, Helio Zampier, a subi des fractures au crâne et à la cage thoracique. Un troisième, le gardien Jakson Follmann, a été amputé de la jambe droite.

L’hypothèse d’un problème électrique sera examinée, mais un survivant a affirmé que l’avion avait manqué de carburant environ cinq minutes avant l’atterrissage prévu à l’aéroport Jose Maria Cordova, tout près de Medellín.

British Aerospace, qui porte maintenant le nom de BAE Systems, a fait savoir que les premiers avions 146 avaient décollé en 1981. Environ 400 appareils du genre ont été construits, dont 220 qui sont toujours en service.

Cet appareil peut parcourir une distance maximale d’environ 3000 kilomètres, soit la distance qui sépare les villes de Santa Cruz et de Medellín.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus