Uncredited Uncredited / The Associated Press

BEYROUTH — Des tirs d’artillerie ayant visé mercredi un quartier rebelle de l’est d’Alep, en Syrie, ont fait au moins 26 morts, dont sept enfants.

L’Observatoire syrien des droits de la personne, à Londres, affirme que c’était la deuxième fois en autant de jours que le quartier de Jub al-Quba était attaqué. Une frappe aérienne y avait fait 25 morts mardi. Des milliers de résidants de l’est d’Alep ont fui vers des quartiers comme Jub al-Quba pour tenter d’échapper à l’offensive gouvernementale.

Huit autres civils, dont deux enfants, ont perdu la vie mercredi quand des obus sont tombés sur l’ouest de la ville, contrôlé par le régime de Bachar el-Assad, selon les médias officiels. Le gouvernement a blâmé les rebelles pour l’attaque.

Des photos montrent les victimes de l’attaque de mercredi à Jub al-Quba, principalement des femmes et des enfants, étendues dans la rue avec leurs biens éparpillés autour d’elles. Le photographe Jawad al-Rifai a expliqué qu’il s’agissait de civils qui tentaient d’échapper aux bombardements et aux frappes aériennes ailleurs dans la ville.

«Ils tentaient de fuir à pied. Ils s’en venaient de notre côté», a rapporté Ibrahim Al-Haj, membre des «casques blancs syriens» qui vont porter secours aux victimes. Selon lui, les civils se dirigeaient vers ce qu’ils pensaient être un lieu sûr. «Il y avait des enfants, des biberons et des sacs partout.»

Les casques blancs dans l’est d’Alep ont affirmé que 45 personnes avaient été tuées mercredi, attribuant les frappes aux forces gouvernementales.

Le chef de l’Observatoire, Rami Abdurrahman, a prédit que le bilan des victimes civiles s’alourdira considérablement dans l’est d’Alep, puisque les déplacements internes feront augmenter la densité de la population. Son organisation affirme que quelque 50 000 personnes ont été déplacées depuis quatre jours. Le Comité international de la Croix-Rouge rapporte de son côté que 20 000 personnes ont pris la fuite.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus