BENGHAZI, Libye — Des milices lourdement armées se sont affrontées dans différents quartiers de la capitale libyenne, jeudi, laissant au moins huit morts dans leur sillage, selon l’agence de presse officielle Lana.

Des chars et des convois d’hommes armés se sont déployés dans les rues, et des témoins ont rapporté des tirs dans le sud, le centre et l’ouest de Tripoli.

Un citoyen, Mohammed Makki, a déclaré à l’Associated Press que les affrontements avaient commencé entre deux groupes, mais que les violences avaient dégénéré rapidement «comme un feu de broussailles».

L’une des factions, une milice appelée les Révolutionnaires de Tripoli, a accusé ses rivaux d’enlèvements, de meurtres et de trafic de migrants.

Dans un communiqué, le groupe, qui dit avoir perdu l’un de ses hommes, affirme avoir tué le commandant et trois combattants d’une milice rivale. Le groupe met en garde «quiconque oserait tenter de déstabiliser Tripoli».

Des photos publiées sur les médias sociaux montrent des hommes masqués et armés à bord de camionnettes dans les rues de Tripoli. De la fumée noire s’élève dans le ciel alors que des explosions retentissent à travers la capitale.

La plupart des affrontements se sont produits près de l’hôtel Rixos, qui a déjà servi de quartier général au Parlement sortant, mais qui est passé sous le contrôle de différentes milices depuis.

La capitale libyenne est prise en otage par différents groupes armés depuis le renversement du dictateur Mouammar Kadhafi, en 2011. Ces milices sont issues des groupes rebelles qui ont renversé le dictateur.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus