MOSCOU — Un imam exilé aux États-Unis a condamné l’assassinat de l’ambassadeur russe en Turquie et a réfuté les accusations selon lesquelles son mouvement serait derrière l’attaque.

L’ambassadeur Andeï Karlov a été abattu par un policier en civil devant des témoins abasourdis qui assistaient à une exposition de photo à Ankara plus tôt cette semaine. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a accusé l’imam Fethullah Gulen d’avoir organisé l’attaque, affirmant que le policier avait des liens avec son mouvement.

Dans une déclaration vidéo que l’Associated Press a pu visionner, M. Gulen a reproché au président turc d’avoir fait de la diffamation à l’endroit de son mouvement, et a suggéré que le gouvernement Erdogan pourrait faciliter d’autres assassinats pour blâmer ses fidèles.

M. Gulen a affirmé qu’il ne serait «pas possible pour (le gouvernement turc) de convaincre le monde de telles accusations».

La Russie a envoyé une équipe de 18 enquêteurs et des représentants du ministère des Affaires étrangères pour participer à l’enquête.

Des responsables du ministère des Affaires étrangères et des membres du Parlement se sont d’ailleurs réunis jeudi aux bureaux du ministère russe des Affaires étrangères pour une cérémonie en mémoire du diplomate.

«Ceux qui ont levé la main contre l’ambassadeur Karlov, qui lui ont enlevé la vie, échoueront définitivement dans leur tentative de freiner la Russie de coopérer avec les autres pays, dont la Turquie», a affirmé Konstantin Kosachev, président du Comité des affaires étrangères à la chambre haute du Parlement.

Le président Vladimir Poutine est arrivé à la fin de la cérémonie, a déposé une gerbe de fleurs sur le cercueil et a offert ses condoléances à la veuve de l’ambassadeur.

Les funérailles de l’ambassadeur ont été célébrées plus tard à la cathédrale du Christ-Sauveur, à Moscou.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus