Marco Garcia Marco Garcia / The Associated Press

WASHINGTON — L’ancien employé contractuel de l’Agence nationale de sécurité des États-Unis, Edward Snowden, est resté en contact avec les services secrets russes depuis qu’il est arrivé à Moscou il y a trois ans, selon un rapport déclassifié du congrès dévoilé jeudi.

La Commission du renseignement de la Chambre des représentants a publié son enquête pour documenter les «crimes d’Edward Snowden», selon les dires de son président, qui lui a reproché son «mépris imprudent pour la sécurité nationale des États-Unis».

Les républicains et les démocrates ont fait preuve d’une rare collaboration en fustigeant M. Snowden, qui, en 2013, avait révélé au grand jour les pratiques du gouvernement américain sur sa collecte de métadonnées auprès de millions d’Américains.

Il avait ensuite fui à Hong Kong, avant de se rediriger vers la Russie pour éviter de faire face à la justice dans son pays.

Le président de la commission, le républicain Devin Nunes, a indiqué qu’il faudrait encore beaucoup de temps pour «éliminer les dommages» causés par l’intervention de M. Snowden.

M. Snowden n’est pas le lanceur d’alerte que ses défenseurs présentent, a renchéri le démocrate Adam Schiff.

«La plupart du matériel qu’il a volé n’avait rien à voir avec la vie privée des Américains et son compromis a été d’une grande valeur pour les adversaires des États-Unis et pour ceux qui veulent nuire aux États-Unis», a-t-il déploré.

La publication du rapport a lieu alors que plusieurs organismes de renseignement accusent la Russie de s’être immiscée dans les élections américaines du 8 novembre dernier.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus