Mikhail Klimentyev/The Associated Press Vladimir Poutine

MOSCOU — Le président russe Vladimir Poutine a louangé le président désigné des États-Unis, Donald Trump, pour avoir su connecter «intensément» avec le public américain, réfutant du même coup les accusations de la Maison-Blanche selon lesquelles Moscou se serait ingéré dans l’élection présidentielle américaine.

Lors d’une longue conférence de presse de fin d’année, vendredi, M. Poutine a reproché au président américain Barack Obama de blâmer la Russie pour la défaite de celle qu’il appuyait, la candidate démocrate Hillary Clinton.

La Maison-Blanche affirme que c’est un «fait» que le piratage des Russes a aidé le candidat républicain au détriment de Mme Clinton.

Interrogé à savoir comment il avait répondu à cette accusation, M. Poutine a rétorqué qu’il ne divulguerait pas les détails de conversations confidentielles.

M. Poutine a souligné que les pirates informatiques qui ont pu accéder à des courriels du Parti démocrate pourraient venir d’ailleurs. Il a même suggéré que les démocrates devraient s’excuser aux Américains pour avoir «manipulé» la diffusion de ces courriels.

Barack Obama a déclaré il y a quelques jours que l’ex-président Ronald Reagan, qui est adulé par les républicains, «se retournerait dans sa tombe» en sachant que le tiers des républicains perçoivent la Vladimir Poutine favorablement.

M. Poutine n’a pas la même lecture: «Cela démontre qu’une partie importante des Américains ont une vision similaire de la situation dans le monde, de ce que nous devons faire et des dangers et des problèmes (auxquels nous devons faire face)».

Il a félicité Donald Trump pour avoir si bien compris les Américains, ajoutant avec un sourire que «personne (à part la Russie) n’avait prédit sa victoire».

Vladimir Poutine a dit qu’il avait hâte de rencontrer son homologue américain.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus