AP

MILAN — Les enquêteurs tentaient de comprendre, samedi, comment le présumé auteur de l’attaque contre un marché de Noël de Berlin, Anis Amri, a réussi à traverser au moins deux frontières européennes dans les derniers jours avant d’être abattu durant un contrôle de police de routine en banlieue de Milan, en Italie.

Les empreintes d’Anis Amri et son portefeuille ont été retrouvés dans le camion qui a foncé sur un marché de Noël de Berlin lundi, faisant 12 morts et 56 blessés. Bien qu’il faisait l’objet d’une intense chasse à l’homme paneuropéenne, le suspect a réussi à voyager à l’intérieur de l’Allemagne, puis en France et en Italie.

Le Tunisien de 24 ans a effectué une partie de ce trajet en train, avant d’être tué par balle près de Milan, tôt vendredi, en face d’une station de train désertée.

Daech (le groupe État islamique) a revendiqué l’attaque de Berlin, mais peu détails sont connus sur le réseau qui a épaulé Anis Amri dans la planification de l’attentat.

En Tunisie, le ministère de L’Intérieur a annoncé, vendredi, l’arrestation du neveu du présumé auteur de l’attaque et de deux autres individus soupçonnés de faire partie du même réseau terroriste.

Amri avait envoyé de l’argent à son neveu par la poste en utilisant un pseudonyme, a indiqué le ministère tunisien par voie de communiqué. Il souhaitait ainsi que le jeune de 18 ans le retrouve en Europe pour se joindre un réseau Abou Walaa.

On ne sait toutefois pas si ces trois suspects arrêtés étaient en position d’aider Amri à fuir Berlin. Pendant qu’il était interrogé, le neveu a dit avoir communiqué avec son oncle par télégrammes cryptés pour éviter les soupçons, toujours selon le ministère de l’Intérieur tunisien. Le neveu a indiqué à la police qu’Amri l’avait recruté pour joindre le djihad et lui avait demandé de prêter un serment d’allégeance à Daech.

Le bureau du procureur de la Tunisie a ordonné la détention des trois suspects pendant la poursuite de l’enquête.

L’Italie s’est retrouvée au centre de l’enquête sur l’attaque de Berlin après que son présumé auteur eut été abattu par la police de ce pays. Ce territoire avait été sa porte d’entrée en Europe, en 2011. Il a passé plus de trois ans dans les prisons de Sicile. Les autorités italiennes ne savent toutefois pas s’il avait déjà été à Milan avant vendredi.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus