The Associated Press

PRAGUE, République tchèque — Le président de la République tchèque a tracé un lien entre les récentes attaques terroristes qui ont secoué l’Europe et l’afflux important de migrants provenant de pays affectés par la guerre et la pauvreté.

Milos Zeman a souligné dans son discours annuel de Noël, lundi, que «presque personne ne doutait du lien entre la vague de migrants et les attaques terroristes».

Afin d’éviter toute attaque terroriste en sol tchèque, le président dit refuser d’accepter des migrants «sur une soi-disant base volontaire», faisant référence à la volonté de l’Union européenne de répartir ces nouveaux arrivants sur le continent.

M. Zeman affirme qu’il n’a rien contre le fait d’aider les migrants «sur leur territoire ou dans les territoires voisins» ou de soutenir l’Italie et la Grèce, mais selon lui, accueillir plus de «migrants musulmans hautement incompatibles» sur le territoire tchèque équivaut à «créer un terreau plus fertile pour de potentielles attaques terroristes».

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus