The Associated Press Un camp de l'armée russe en Syrie.

BEYROUTH — Les combattants menés par les Kurdes s’approchent d’un barrage stratégique contrôlé par Daech (le groupe armé État islamique) dans le nord de la Syrie après des jours de combats qui ont permis d’éliminer un commandant militaire important du groupe extrémiste, a indiqué un porte-parole des troupes appuyées par les États-Unis.

Talal Sillo, des Forces démocratiques syriennes (FDS), a affirmé que les combattants — avec l’appui des forces spéciales américaines, françaises et britanniques — avaient réussi à chasser les militants de Daech de dizaines de villages et de fermes dans les derniers jours et qu’ils étaient maintenant à environ cinq kilomètres du barrage de l’Euphrate.

Les FDS, une coalition de combattants kurdes et arabes, sont à l’offensive dans la province de Raqqa depuis le début du mois de novembre, avançant avec l’aide des tirs aériens de la coalition internationale dirigée par les États-Unis.

L’opération consiste à encercler et éventuellement reprendre Raqqa, la soi-disant capitale du groupe extrémiste. La ville héberge quelque 200 000 Arabes sunnites et environ 5000 combattants de Daech.

M. Sillo a expliqué que l’opération en était à sa deuxième phase et que les prochaines étapes viseraient à «isoler la ville pour commencer ensuite à la libérer».

La reprise du barrage, qui contrôle le débit d’eau vers certaines régions de la Syrie et de l’Irak, serait un revers important pour le groupe extrémiste, qui contrôle l’installation depuis plus de deux ans. Derrière le barrage, il y a le lac Assad, qui est le plus grand réservoir du pays.

Les deux parties prétendent avoir porté de durs coups à l’autre. L’agence de presse liée à Daech a rapporté lundi que 24 combattants des SDF avaient perdu la vie dans la région, tandis que M. Sillo a dit que ses troupes avaient tué des dizaines d’extrémistes.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus