PALM BEACH, Fla. — Le président désigné Donald Trump a accusé, mercredi, le président Barack Obama de placer des obstacles «incendiaires» pendant la période de transition précédant son arrivée à la Maison-Blanche et estime que son administration traite Israël avec «un dédain total».

Bien que M. Trump n’ait pas donné de détails sur ses accusations formulées sur Twitter, le président désigné a clairement indiqué qu’il n’avait pas apprécié que Barack Obama affirme qu’il aurait gagné l’élection s’il avait été dans la course. Le ton majoritairement respectueux de Donald Trump à l’endroit de Barack Obama depuis l’élection s’est évaporé dans ses dernières déclarations sur le réseau social.

Il a ainsi indiqué sur Twitter qu’il faisait «de (son) mieux pour ignorer les nombreux obstacles et déclarations incendiaires du président O(bama)», ajoutant qu’il «croyait que ce serait une transition en douceur» mais qu’il s’était trompé.

M. Trump s’est également directement opposé à la décision de l’administration Obama de permettre l’adoption d’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU défavorable à Israël.

Après avoir été questionné sur ces propos plus tard mercredi par des journalistes se trouvant à son complexe balnéaire de Mar-a-Lago, en Floride, Donald Trump a toutefois dit croire que la transition se déroulait «très très en douceur».

Il a par la suite indiqué avoir eu «une conversation très agréable» au téléphone avec M. Obama.

Jusqu’à maintenant, Donald Trump et son équipe avaient semblé apprécier la façon dont Barack Obama et son entourage avaient amorcé la transition. Les critiques du président désigné sur Twitter sur le traitement réservé à Israël ont été faites quelques heures avant que John Kerry ne doive livrer son dernier discours sur la paix au Moyen-Orient à titre de secrétaire d’État.

La décision de l’administration actuelle de ne pas utiliser son droit de veto pour bloquer la résolution de l’ONU a entaché davantage la relation déjà difficile entre les États-Unis et Israël.

Le porte-parole de la Maison-Blanche, récemment nommé par Donald Trump, Sean Spicer, a cherché à minimiser les tensions entre le président désigné et Barack Obama.

«Alors que l’inauguration approche, tant le président actuel que l’équipe (de Donald Trump) ont été jusqu’à maintenant très généreux de leur temps, concernant la présente transition, les mécanismes de transition qui ont été enclenchés, et je m’attends à ce que (tous deux) continuent à échanger aussi régulièrement», a-t-il dit.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus