The Associated Press

ISTAMBOUL — La police turque a arrêté lundi huit personnes relativement à l’attentat qui a fait 39 morts et 70 blessés le soir du Nouvel An dans une boîte de nuit d’Istanbul, quelques heures seulement après que Daech (le groupe armé État islamique) eut revendiqué la responsabilité de l’attaque.

On compte une Canadienne parmi les victimes. Selon plusieurs médias, il s’agit d’Alaa Al-Muhandis, 39 ans, qui résidait à Milton, en Ontario. Elle était mère de deux enfants.

L’homme qui a tiré dans la foule avec une arme automatique est toujours activement recherché. Le vice-premier ministre turc Numan Kurtulmus a révélé que les autorités disposaient de ses empreintes digitales et d’une description de base, et que son identification était donc imminente.

L’agence de nouvelles Aamaq, qui est reliée à Daech, affirme que l’attaque a été réalisée par «un soldat héroïque du califat (là) où les chrétiens célébraient leur fête païenne».

Elle ajoute que l’auteur de l’attaque «a répondu aux ordres du leader de Daech, Abou Bakr al-Baghdadi, pour venger la religion de Dieu».

Selon des médias turcs, les autorités croient que le tireur est originaire de l’Asie centrale, probablement de l’Ouzbékistan ou du Kirghizistan.

Le tireur a abattu un policier et un autre homme à l’extérieur de la boîte de nuit Reina, tôt le 1er janvier 2017, avant d’ouvrir le feu contre les quelque 600 personnes qui se trouvaient à l’intérieur. Près des deux tiers des victimes étaient des étrangers, dont plusieurs qui provenaient du Moyen-Orient, selon l’agence de presse officielle Anadolu.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus