Gali Tibbon Gali Tibbon / The Associated Press

JÉRUSALEM — Les policiers israéliens ont interrogé pendant plus de trois heures le premier ministre Benyamin Nétanyahou à son bureau, lundi, concernant des allégations de corruption.

M. Nétanyahou a maintes fois nié avoir quoi que ce soit à se reprocher, mais l’arrivée de l’escouade nationale antifraude laisse présager que les soupçons dont il fait l’objet sont suffisamment sérieux pour être examinés dans le cadre d’une enquête.

La police a laissé entendre que M. Nétanyahou était considéré comme un suspect dans cette affaire. La porte-parole Luba Samri a indiqué que le premier ministre avait été interrogé en regard de «soupçons selon lesquels il a reçu des avantages». Elle a toutefois ajouté qu’aucun autre détail ne serait communiqué pour le moment.

M. Nétanyahou affirme que les affirmations selon lesquelles il aurait accepté des cadeaux de deux hommes d’affaires sont «sans fondement». Prenant la parole lors d’une rencontre du Likoud, sa formation politique, il a de nouveau nié lundi après-midi avoir quoi que ce soit à se reprocher.

«Nous suivons les informations dans les médias, et nous entendons les célébrations et nous constatons l’ambiance dans les studios de télévision et les couloirs de l’opposition, mais j’aimerais leur dire: mettez fin aux réjouissances, et ne vous empressez pas trop, a-t-il dit. Il n’y aura rien, parce qu’il n’y a rien.»

La chaîne de télévision israélienne Channel 2 rapporte que M. Nétanyahou a accepté des «faveurs» d’hommes d’affaires en Israël et à l’étranger, et qu’il se retrouve au coeur d’une deuxième enquête qui porte sur des membres de sa famille. La chaîne ajoute qu’une enquête criminelle est attendue la semaine prochaine.

Le quotidien «Haaretz» a rapporté que le milliardaire Ronald Lauder, un ami de longue date de M. Nétanyahou, serait impliqué dans cette affaire.

La chaîne télévisée Channel 10 a de son côté indiqué que le fils aîné du premier ministre, Yair, avait accepté des voyages payés de la poche d’un milliardaire australien, James Packer, ainsi que d’autres cadeaux de sa part.

En octobre, M. Lauder avait été convoqué par les policiers pour être interrogé «en lien avec une certaine enquête qu’ils mènent et dans laquelle (le milliardaire) n’est pas au centre de leurs intérêts», a affirmé l’avocate israélienne de ce dernier, Helena Beilin.

Le ministère israélien de la Justice et la police ont refusé de commenter.

Un député de l’opposition, Erel Margalit, a lancé une campagne pour que M. Nétanyahou fasse l’objet d’une enquête afin de déterminer si des bienfaiteurs importants lui ont illicitement transféré des fonds à des fins personnelles.

D’autres informations indiquent que l’avocat personnel de M. Nétanyahou a représenté une firme allemande qui a participé à la vente à Israël de sous-marins valant 1,5 milliard $ US.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus