THE ASSOCIATED PRESS

WASHINGTON — Donald Trump a soutenu, lundi, que la Corée du Nord ne parviendra pas à fabriquer une arme nucléaire capable de toucher les États-Unis.

Le président désigné a abordé la question par l’entremise de Twitter. Le dictateur de la Corée du Nord, Kim Jong-un, a indiqué dans son allocution du Nouvel An, dimanche, que les préparatifs pour le lancement d’un missile balistique intercontinental avaient «atteint leur phase finale».

Il n’a toutefois pas précisé si des tests étaient imminents.

M. Trump a gazouillé lundi soir que, bien que la Corée du Nord soutienne qu’elle sera bientôt en mesure d’atteindre des parties des États-Unis: «cela n’arrivera pas».

Il demeurait flou si le président désigné cherchait à dire qu’il tenterait d’empêcher la Corée du Nord d’aller de l’avant ou s’il doutait plutôt des capacités du pays.

Les représentants de son équipe n’ont pas répondu, dans l’immédiat, aux demandes de clarification de l’Associated Press.

M. Trump a par la suite fustigé le plus important allié de la Corée du Nord, la Chine, toujours par Twitter. «La Chine s’est emparée de sommes d’argent massives des États-Unis et de sa richesse dans le cadre d’un commerce qui ne va que dans un sens, mais n’aidera pas pour ce qui est de la Corée du Nord. Génial!», a-t-il écrit.

Quelques heures plus tard, un journal d’État chinois a écrit que Donald Trump avait une «attitude irresponsable».

Le quotidien Global Times affirme que le programme nucléaire de Pyongyang «nourrit les inquiétudes de certains Américains» qui critiquent la Chine plutôt que de se regarder.

Alors que Pékin a publiquement réprimandé Pyongyang après des essais nucléaires, des critiques disent que la Chine n’en fait assez pour resserrer la pression économique sur la Corée du Nord.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus