The Associated Press

ISTAMBOUL — Les autorités turques ont identifié l’homme qui a ouvert le feu dans une boîte de nuit d’Istanbul au Jour de l’An, faisant 39 morts, dont une Canadienne, mais le suspect court toujours.

Le ministre des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a confié mercredi à l’agence de presse officielle Anadolu que les policiers connaissent l’identité du tireur, sans fournir plus de détails.

La police turque a arrêté une vingtaine de personnes, dont 11 femmes, lors de perquisitions lancées dans la ville portuaire d’Izmir, sur la mer Égée, selon l’agence de presse privée Dogan.

Les suspects sont originaires de la république russe musulmane du Daghestan et de la Syrie, ou sont membres de la minorité chinoise musulmane des ouïghours. Ils auraient habité le repaire d’une cellule de Daech (le groupe armé État islamique) en compagnie du suspect à Konya, une ville du centre de la Turquie.

Une vingtaine d’enfants qui se trouvaient sur place ont été emmenés par les policiers.

Une quinzaine de personnes avaient précédemment été épinglées relativement à cette attaque, dont deux étrangers qui ont été interceptés à l’aéroport international d’Istanbul alors qu’ils s’apprêtaient à quitter le pays. La femme du tireur a elle aussi été arrêtée, mais elle nie avoir su que son mari était membre de Daech.

Les policiers se font toujours omniprésents à Istanbul, où ils ont érigé plusieurs postes de contrôle. Automobiles et taxis sont interceptés et fouillés, et les automobilistes ne peuvent repartir qu’après avoir montré patte blanche.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus