The Associated Press Barack Obama.

WASHINGTON — Se rapprochant de plus en plus des lignes de front dans la bataille entourant la loi américaine sur l’accès aux soins de santé que Donald Trump se fait une priorité d’abroger, le président sortant Barack Obama a pressé les élus démocrates de «veiller sur le peuple américain», mercredi, alors qu’il s’est rendu au capitole.

De son côté, le vice-président désigné, Mike Pence, a réitéré que le démantèlement de la loi connue sous le nom d’«Obamacare» est en tête de liste des choses que M. Trump souhaite accomplir dès qu’il entrera en fonction, le 20 janvier.

Dans deux conférences de presse distinctes données au capitole à seulement 16 jours de l’investiture du président désigné, M. Pence a assuré que les promesses faites en campagne électorale seraient respectées.

Le peuple américain a voté «de façon décisive» pour «un meilleur futur pour les soins de santé», a-t-il plaidé, ajoutant que l’équipe de M. Trump était déterminée à «donner» aux Américains ce qu’ils demandent.

Les démocrates ont pour leur part semblé peu confiants, vu leur présence en petit nombre au Congrès, de pouvoir mettre un frein aux visées des républicains. Ils ont tout de même soutenu qu’ils n’entendaient pas leur faciliter la tâche.

Le nouveau leader de la minorité au Sénat, le sénateur de l’État de New York Chuck Schumer, a lancé que les républicains devraient proposer un plan de remplacement de l’«Obamacare» avant que les démocrates n’envisagent de les aider à revamper le système d’accès aux soins de santé.

Cette remarque ajoute à la pression qui pèse sur les élus républicains, qui n’arrivent pas depuis des années à s’entendre sur une solution de rechange valable.

Réforme instaurée en 2010, l’«Obamacare» a permis à 20 millions d’Américains d’avoir accès à une assurance maladie et a refaçonné le système des soins de santé totalisant 3000 milliards $ US en dépenses annuellement.

«Le plan des républicains de couper dans les soins de santé ne rendrait pas à l’Amérique sa grandeur, il rendrait l’Amérique malade de nouveau», a dit M. Schumer.

Les leaders républicains espèrent toutefois pouvoir déposer une nouvelle loi sur le bureau de Donald Trump dès la fin du mois prochain. En l’absence de consensus sur un nouveau système de remplacement, des élus républicains entendent repousser de 18 mois l’abrogation.

Le Sénat a voté à 51 contre 48, mercredi, pour que le débat sur le budget — qui empêchera, une fois approuvé, les démocrates de bloquer le projet de loi abrogeant l’«Obamacare» — s’ouvre.

Note aux lecteurs: Ceci est une version corrigée. La version précédente indiquait que l’Obamacare coûtait 3 milliards $ annuellement; il s’agit plutôt de 3000 milliards $ annuellement.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus