PARIS — Les autorités françaises ont entrepris d’abattre des canards dans la principale région productrice de foie gras du pays pour freiner la propagation d’une souche dangereuse de la grippe aviaire.

L’abattage a débuté dans trois départements du sud-ouest de la France, où une épidémie du virus H5N8 échappe à tout contrôle.

Le virus est très agressif pour les volailles, mais il n’est pas transmissible par la nourriture et est sans danger pour les humains.

Le ministère de l’Agriculture a annoncé par voie de communiqué qu’un «abattage de tous les palmipèdes en parcours extérieur d’une zone définie par le Ministre en charge de l’agriculture, incluant une partie des départements du Gers, des Landes et des Hautes Pyrénées va être opéré».

Les autres palmipèdes élevés en bâtiments et les gallinacés ne sont pas concernés par l’abattage, poursuit le communiqué, tout comme les fermes qui ne vendent pas d’animaux vivants ou les élevages de canetons.

Les opérations d’abattage des palmipèdes concernés se termineront vers le 20 janvier. Jusqu’à un million d’oiseaux pourraient éventuellement être détruits.

Depuis le début du mois de décembre 2016, 89 foyers d’influenza aviaire H5N8 hautement pathogène sont apparus dans des élevages français, en particulier dans la zone sud-ouest du pays.

Selon la fédération des producteurs de foie gras du pays, la précédente épidémie de grippe aviaire, en décembre 2015, avait entraîné une chute de la production d’environ 25 pour cent, après l’abattage de quelque 300 000 canards.

Le ministère de l’Agriculture estime que la propagation rapide du virus justifie l’abattage et promet des mesures pour venir en aide aux éleveurs.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus