Dan Balilty Dan Balilty / The Associated Press

JÉRUSALEM — Des enquêteurs israéliens ont interrogé le premier ministre Benyamin Nétanyahou pour la deuxième fois jeudi, alors qu’ils poursuivent leur enquête concernant des cadeaux qu’il pourrait avoir reçus de partisans bien nantis.

Les enquêteurs sont arrivés à la résidence officielle du premier ministre à Jérusalem, jeudi, pour un interrogatoire de cinq heures. La première rencontre entre M. Nétanyahou et les policiers, lundi, avait duré trois heures.

Des médias israéliens rapportent que l’enquête concerne des personnalités bien connues sur la scène internationale, de même que des vedettes hollywoodiennes.

On ne dispose que de peu de détails officiels concernant les allégations contre le premier ministre. Le ministère de la Justice a seulement dit qu’il était soupçonné d’avoir «accepté des avantages de gens d’affaires».

Les policiers ont déclaré que l’entretien de jeudi portait également sur un autre dossier non divulgué.

La presse israélienne indique que le premier ministre a accepté des «faveurs» de gens d’affaires en Israël et à l’étranger, y compris du milliardaire Ronald Lauder et du producteur de films Arnon Milchan. La chaîne Channel 2 ajoute qu’il est au coeur d’une deuxième enquête distincte qui touche également des membres de sa famille.

M. Nétanyahou prétend être victime d’une chasse aux sorcières de la part de médias opposés à ses politiques. Il rappelle que les soupçons dont il a précédemment fait l’objet n’ont jamais débouché sur des accusations criminelles.

Cette enquête pourrait ébranler le leadership du premier ministre, qui nie toujours avoir que ce soit à se reprocher.

S’il termine son présent mandat, jusqu’en 2019, M. Nétanyahou deviendra le dirigeant israélien étant demeuré le plus longtemps à la tête du gouvernement.

Il est embourbé dans de nombreux scandales avec sa femme Sara, qui partage son goût du luxe. Le couple a déjà soulevé un tollé en dépensant 127 000 $ de fonds publics pour avoir accès à une cabine spéciale lors d’un vol de cinq heures vers Londres.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus