WASHINGTON — Les capacités militaires de la Corée du Nord ont connu une «amélioration qualitative» dans la dernière année, a constaté jeudi le deuxième plus important diplomate des États-Unis.

Le secrétaire d’État adjoint Antony Blinken, qui a rencontré ses homologues du Japon et de la Corée du Sud, a affirmé en conférence de presse que Pyongyang avait mené des essais nucléaires et de missiles avec une intensité sans précédent en 2016. La menace que le pays représente est de plus en plus importante, a-t-il ajouté.

La Corée du Nord tire des leçons de chaque essai, dont ses échecs, a expliqué M. Blinken.

Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, a indiqué dimanche que les préparations pour le test du lancement d’un missile balistique intercontinental avaient «atteint leur stade final».

Si un tel missile était joint à une ogive nucléaire, la Corée du Nord représenterait une menace plus importante pour les États-Unis, mais il est encore difficile d’évaluer à quel moment le pays communiste arrivera à cet objectif. Le président désigné des États-Unis a écrit sur Twitter, lundi, que cela «n’arriverait pas».

M. Blinken a assuré que les États-Unis et ses alliés «ne restaient pas immobiles» et qu’ils avaient renforcé leurs défenses pour éviter de se faire prendre de court par Pyongyang.

Le ministre adjoint des Affaires étrangères du Japon, Shinsuke Sugiyama, a affirmé que le programme nucléaire de la Corée du Nord représentait un «nouveau niveau de menace», soulignant que la précision des essais s’était améliorée.

La Corée du Nord a mené deux essais nucléaires l’année dernière, et plus d’une vingtaine de lancements de missiles balistiques.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus