WASHINGTON — Le président russe Vladimir Poutine a orchestré une campagne secrète pour influencer l’élection américaine au profit du candidat républicain Donald Trump et au détriment de la démocrate Hillary Clinton, selon un rapport rédigé par les agences américaines de renseignements.

Le document rendu public vendredi est une version déclassifiée d’un compte-rendu détaillé de la situation qu’a reçu le président Donald Trump, ainsi que la Maison-Blanche et les dirigeants du Congrès.

Lors d’une brève entrevue avec l’Associated Press, Donald Trump a affirmé qu’il avait «appris beaucoup» de ses discussions avec les dirigeants des agences de renseignements, mais il s’est bien gardé de dire qu’il acceptait leurs conclusions sur l’ingérence de la Russie dans l’élection présidentielle du mois de novembre.

Plus tôt dans la journée, M. Trump avait écrit qu’il était certain que le piratage ne l’avait pas avantagé dans l’élection.

Le rapport déclassifié rend compte en détail des démarches déployées par l’administration Poutine pour s’ingérer dans le processus politique américain, ce qui inclut le piratage de courriels des dirigeants du Parti démocrate et du directeur de campagne de Hillary Clinton, John Podesta.

Selon le document, la Russie a aussi utilisé la propagande, en plus d’avoir rémunéré des «trolls» — ces internautes qui publient des messages provocants sur les réseaux sociaux — pour qu’ils écrivent des commentaires incendiaires sur ces plateformes.

Les agences de renseignement ne suggèrent cependant pas que la Russie soit intervenue directement dans le processus, notamment en trafiquant les machines à voter ou en altérant le décompte du vote.

Le rapport lie directement M. Poutine au piratage, qualifiant ses démarches «d’effort le plus audacieux jusqu’à maintenant» pour influencer une élection américaine. Il accuse aussi le gouvernement russe d’avoir fourni les courriels à l’organisation Wikileaks — une allégation que son fondateur, Julian Assange, a toujours niée. Pendant la campagne, Wikileaks avait publié en vrac plusieurs courriels du Parti démocrate et de M. Podesta.

Les agences prédisent que la Russie continuera de tenter d’influencer les événements aux États-Unis et ailleurs.

Le rapport ne précise pas comment les États-Unis ont fait pour recueillir toutes ces informations. Les agences ont notamment intercepté des conversations ou des messages électroniques entre des dirigeants russes, dont M. Poutine.

Vladimir Poutine a probablement tenté de nuire à la candidate démocrate Hillary Clinton parce que l’ancienne secrétaire d’État avait encouragé les Russes à prendre la rue lors de grandes manifestations contre le régime Poutine en 2011 et 2012.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus