The Associated Press Dan Coats

WASHINGTON — Le président désigné des États-Unis, Donald Trump, a annoncé samedi qu’il avait choisi le sénateur retraité Dan Coats pour pourvoir le poste de directeur du renseignement national.

M. Trump a fait valoir que l’ancien membre du comité sénatorial sur le renseignement était la bonne personne pour gérer la «vigilance incessante» de la future administration américaine à l’égard de «ceux qui cherchent à faire du mal (aux États-Unis).»

Cette annonce survient un jour après la publication d’un rapport gouvernemental déclassifié sur les efforts déployés par la Russie pour influencer le résultat de l’élection présidentielle américaine.

Selon le document, la Russie n’a pas fini de s’ingérer dans la politique américaine.

M. Trump, qui souhaite améliorer les relations entre les États-Unis et la Russie, a, à maintes reprises, rejeté les rapports d’agences de renseignement révélant que le Kremlin avait interféré dans la récente élection américaine.

Mais le rapport rendu public vendredi trace un lien direct entre Vladimir Poutine et l’ingérence, précisant que le président russe avait une «préférence claire» pour Donald Trump plutôt que Hillary Clinton.

M. Coats, un républicain de l’Indiana, devra attendre que sa nomination soit confirmée par la Sénat. Le poste de directeur du renseignement national avait été créé à la suite des attentats du 11 septembre 2001 et visait à améliorer la coordination entre les différentes agences américaines de renseignement et de sécurité.

Dans un communiqué publié tôt samedi, M. Trump a soutenu que M. Coats «fournira un leadership indéfectible que la communauté du renseignement en entier pourra respecter».

M. Coats, par l’entremise d’un communiqué diffusé par l’équipe du président désigné, a dit qu’«il n’y a pas de plus haute priorité que celle de garder l’Amérique sûre» et qu’il utiliserait «tous les outils à sa disposition» pour ce faire.

M. Coats, âgé de 73 ans, est un vétéran du Capitole qui a servi pendant huit ans comme représentant avant de devenir sénateur en 1989. Il avait alors remplacé Dan Quayle, qui était devenu le vice-président de George W. Bush.

Il est resté au Sénat jusqu’en 1998 pour ensuite devenir lobbyiste.

Après avoir été ambassadeur des États-Unis en Allemagne sous l’administration Bush, M. Coats a joint la firme en droit international King & Spalding.

Le directeur du renseignement national nommé par M. Trump est connu pour s’être montré critique à l’égard de la Russie. Il avait incité le président Barack Obama à punir Moscou après qu’elle eut annexé la Crimée, en 2014.

Quand la Maison-Blanche a imposé des sanctions, plusieurs parlementaires américains ont été interdits de séjour en Russie, y compris M. Coats.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus