The Associated Press Des employés s'affairent à nettoyer le terminal 2 de l'aéroport de Fort Lauderdale.

FORT LAUDERDALE, Fla. — Le vétéran de la guerre d’Irak accusé d’avoir tué cinq voyageurs et blessé six autres personnes à l’aéroport de Fort Lauderdale, en Floride, pourrait être condamné à la peine de mort s’il est reconnu coupable.

Âgé de 26 ans, Esteban Santiago a été accusé d’avoir commis un acte de violence menant à la mort d’humains dans un aéroport international, samedi. Il fait face aussi à des accusations relatives à la législation sur les armes.

L’individu aurait reconnu aux enquêteurs qu’il avait planifié son attaque, acheté un billet aller seulement vers Fort Lauderdale, peut-on lire dans la plainte déposée.

«Les accusations lancées aujourd’hui démontrent la gravité de la situation et reflètent l’engagement des autorités judiciaires fédérales, étatiques et locales de continuer à défendre la collectivité et poursuivre ceux qui ciblent nos résidants et nos visiteurs», a déclaré le procureur fédéral Wifredo Ferrer.

Santiago semble avoir spécialement choisi son lieu pour commettre son attaque, ont indiqué les autorités, samedi.

Elles ont ajouté qu’elles ne savaient pas pourquoi l’individu avait choisi cet endroit. Elles ont aussi fait savoir qu’elles n’excluaient pas la piste du terrorisme.

Au cours d’une conférence de presse, les autorités ont dit avoir interrogé environ 175 personnes. Elles ont eu de longues conversations avec le suspect. Santiago, un ancien membre de la Garde nationale de l’Alaska, s’est montré coopérant.

Les activités ont repris à l’aéroport. Toutefois, le terminal 2, où s’est déroulée la tuerie demeure fermé.

Un porte-parole du FBI, George Piro, a raconté que Santiago avait parlé aux enquêteurs pendant de longues heures. Le suspect aurait ouvert le feu à l’aide d’un pistolet semi-automatique de 9mm qu’il aurait enregistré en toute légalité lors de son départ d’un aéroport d’Alaska.

«Selon nos indications, il est venu ici pour commettre cette horrible attaque, a dit le policier. Nous ne savons pas ce qui l’a poussé à aller de l’avant. Nous examinons toutes les causes possibles.»

Les enquêteurs recherchent des indices sur les réseaux sociaux. Selon l’agent Piro, il est encore trop tôt pour déterminer si le terrorisme avait joué un rôle dans cette tuerie. En novembre, Santiago s’est rendu dans un bureau du FBI en Alaska, prétendant que le gouvernement américain contrôlait son esprit et l’obligeait à regarder des vidéos de Daech (le groupe armé État islamique).

Le nom du suspect n’avait pas été ajouté à la liste des personnes interdites de vol aux États-Unis. Il semble avoir agi seul, a ajouté M. Piro.

Les autorités ont par ailleurs fait état, en conférence de presse, de six blessés, alors que les informations diffusées depuis vendredi signalaient plutôt huit blessés. Trois d’entre eux se trouvent dans un état stable et trois autres sont traités en soins intensifs, a-t-on précisé.

Les personnes qui se trouvaient sur les lieux ont pris la fuite pour gagner le tarmac. D’autres se sont cachées dans les salles de bain ou se sont accroupies derrière des voitures, alors que la police et les ambulanciers venaient en aide aux blessés et tentaient de déterminer si un autre tireur était impliqué.

Bruce Hugon, venu d’Indianapolis pour passer ses vacances en Floride, a dit qu’il était dans la zone de retrait de bagages quand il a entendu quatre à cinq coups de feu retentir. Il a affirmé qu’une femme qui se trouvait à côté de lui a reçu une balle dans la tête.

Le tireur habitait à Anchorage, en Alaska, et avait servi en Irak pour la garde nationale. Il avait par la suite été démis de ses fonctions, l’an dernier, pour rendement insatisfaisant.

Son frère a indiqué qu’Esteban Santiago avait récemment reçu un traitement en santé mentale. D’autres membres de sa famille ont affirmé que le tireur était devenu le père d’un garçon dernièrement.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus