BERLIN — L’Allemagne a accueilli 280 000 migrants en 2016, soit moins du tiers des 890 000 personnes reçues l’année précédente, a révélé mercredi le ministre de l’Intérieur.

Pendant que le nombre de nouveaux arrivants fléchissait, le nombre de demandeurs d’asile qui repartaient d’Allemagne augmentait, a dit le ministre Thomas de Maizière. Au total, quelque 80 000 personnes sont parties volontairement ou ont été déportées, ce qui demeure trop peu au goût des dirigeants.

Le nombre de nouvelles arrivées s’est effondré dans la foulée de la fermeture de la route des Balkans en mars et de l’entente conclue entre l’Union européenne et la Turquie pour décourager les réfugiés de traverser la mer Égée.

Le nombre de demandes d’asile traîne loin derrière le nombre d’arrivées, et plusieurs réfugiés arrivés en Allemagne en 2015 n’ont présenté leur demande que l’an dernier.

Les données dévoilées mercredi montrent que 745 545 demandes d’asile formelles ont été déposées l’an dernier, soit 268 869 de plus que l’année précédente. On compte 268 866 applications provenant de réfugiés syriens, 127 892 de réfugiés afghans et 97 162 de réfugiés irakiens.

Le Bureau fédéral pour les migrations et les réfugiés a rendu des décisions dans plus de 695 000 dossiers de demande d’asile l’an dernier, soit deux fois plus qu’en 2015. Plus de 60 pour cent des demandeurs ont obtenu l’asile ou une autre forme de protection. Le bureau — dont les effectifs ont été augmentés en réaction à la situation — a réduit à trois mois le délai moyen pour rendre une décision. Il a aussi mis en place une base de données nationale pour combiner les renseignements de tous les demandeurs d’asile.

M. de Maizière a dit que 55 000 migrants sont rentrés chez eux volontairement l’an dernier, comparativement à 35 000 un an plus tôt. Environ 25 000 autres ont été expulsés. M. de Maizière a dit que le rythme demeure trop lent et que des discussions ont lieu avec les dirigeants locaux, qui sont responsables des expulsions.

La chancelière Angela Merkel, qui affrontera des élections nationales cette année, a promis un «effort national» pour assurer que ceux qui n’ont pas le droit d’être en Allemagne repartiront.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus