CHAPEL HILL, N.C. — Le généticien Oliver Smithies, prix Nobel de médecine en 2007, est décédé mercredi à l’âge de 91 ans, a annoncé l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill, citant l’épouse du chercheur.

Le professeur Smithies avait reçu le prix Nobel il y a dix ans pour la mise au point d’une technique utilisée dans la manipulation de gènes chez la souris. Cette percée a permis de faire progresser les recherches génétiques, qui offrent une meilleure compréhension du cancer, de l’obésité, des troubles cardiaques et d’autres maladies.

Selon l’université, le laboratoire du professeur Smithies avait créé en 1992 le tout premier modèle animal de la fibrose kystique.

Ses travaux ont aussi contribué à la création et à l’utilisation de «souris désactivés» — lorsqu’un gène est remplacé ou altéré, afin de comprendre son rôle. Le professeur Smithies aurait aussi été l’un des premiers scientifiques à isoler un gène du reste de la structure d’ADN du génome humain.

Né à Halifax, au Royaume-Uni, en 1925, Oliver Smithies avait souffert dès l’âge de sept ans d’un souffle au coeur. D’abord étudiant en médecine à Oxford en 1943, il a rapidement bifurqué vers la physiologie. Il est ensuite venu étudier et travailler aux États-Unis.

Le professeur Smithies avait partagé son Nobel en 2007 avec Mario Capecchi, de l’Université de l’Utah, et Martin Evans, de l’Université Cardiff, en Grande-Bretagne.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus