PHILADELPHIE — Une faction d’un syndicat d’enseignants à Philadelphie encourage ses professeurs à arborer des symboles du mouvement «Black Lives Matter» et à discuter de cet enjeu avec leurs élèves chaque jour pendant une semaine.

L’organisation développe actuellement un programme d’enseignement et des propositions pour le curriculum des professeurs oeuvrant de la petite enfance à l’école secondaire.

Charlie McGeehan, l’un des organisateurs, a fait remarquer que la vaste majorité des étudiants desservis étaient afro-américains et qu’il était donc important de mettre en valeur la vie de ces élèves.

M. McGeenhan, qui lui est Blanc, a indiqué que quelque 500 badges et t-shirts avaient été distribués jusqu’ici, mais d’autres ont été commandés.

Amy Roat, une enseignante, croit que l’implication des étudiants dans des événements d’actualité les aidera à prendre conscience des autres.

Mme Roat indique que la semaine devrait avoir lieu après le jour de Martin Luther King, qui se tient à la mi-janvier.

Elle dit n’avoir reçu aucune plainte d’autres enseignants, de directeurs ou de parents.

Les pourparlers pour élaborer ce nouveau curriculum ont commencé en octobre, lorsqu’une commission scolaire de Seattle a instauré un jour «Black Lives Matter» à l’école.

Le mouvement «Black Lives Matter» («Les vies des Noirs comptent») a fait surface en 2014, lorsque plusieurs Afro-américains non armés sont morts à la suite d’affrontements avec les policiers.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus