Alexandra Radu Alexandra Radu / The Associated Press

KUALA LUMPUR, Malaisie — La police malaisienne a affirmé dimanche être à la recherche d’autres suspects nord-coréens relativement au meurtre du demi-frère du dirigeant de la Corée du Nord Kim Jong Un.

Le chef de la police, Khalid Abu Bakar, a indiqué que les nouveaux suspects s’ajoutaient aux sept Nord-Coréens déjà recherchés pour la mort par empoisonnement de Kim Jong Nam le mois dernier à l’aéroport de Kuala Lumpur.

Il a affirmé qu’une «personne importante» figurait parmi les nouveaux suspects, sans donner plus de détails.

Les autorités en Malaisie soutiennent que deux femmes ont fait respirer le gaz neurotoxique interdit VX à Kim Jong Nam, le 13 février, dans un terminal achalandé de l’aéroport. Il est mort 20 minutes plus tard. Les deux femmes, une Indonésienne et une Vietnamienne, ont été accusées de meurtre.

Quatre suspects nord-coréens auraient quitté la Malaisie le jour du meurtre. La police a obtenu un avis d’alerte rouge d’Interpol pour ces quatre hommes, qui seraient de retour en Corée du Nord. La police soutient que trois autres suspects auraient trouvé refuge à l’ambassade de la Corée du Nord à Kuala Lumpur.

Les relations entre la Malaisie et la Corée du Nord se sont détériorées considérablement depuis la mort de Kim Jong Nam, chaque dirigeant ayant expulsé l’ambassadeur de l’autre pays.

Bien que la Malaisie n’ait pas accusé directement la Corée du Nord d’être responsable de l’attaque, plusieurs estiment que Pyongyang pourrait avoir orchestré le meurtre de Kim Jong Nam.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus