PARIS — La communauté internationale s’est engagée lundi à dépenser 75 millions $ US pour protéger les sites culturels du patrimoine mondial menacés par la guerre et la destruction idéologique de Daech (le groupe armé État islamique).

Le président français François Hollande a déclaré, lors d’une conférence des donateurs organisée au musée du Louvre, à Paris, que le but de ce fonds patrimonial est d’amasser 100 millions $ US, et il a demandé à d’autres pays de s’impliquer.

La France a promis 10 millions $ US et l’Arabie saoudite 20 millions $ US, selon le ministère français de la Culture. Les Émirats arabes unis se sont engagés à hauteur de 15 millions $ US, contre 5 millions $ US pour le Koweït, 3 millions $ US pour le Luxembourg et 1,5 million $ US pour le Maroc. Le philanthrope Thomas Kaplan a quant à lui annoncé un don de 1 million $ US.

La Suisse fournira un encadrement administratif et juridique, en plus d’héberger le fonds chez elle. L’Italie offrira du personnel militaire et des experts en conservation.

Le but de la conférence était de mettre sur pied un fonds qui préviendra ou arrêtera la destruction de sites patrimoniaux. Les organisateurs souhaitent également créer un réseau de sites à travers le monde où seront temporairement entreposés les artéfacts menacés, en plus de défrayer la restauration des sites endommagés par la guerre.

Les militants de Daech ont volé ou détruit de multiples artéfacts, notamment dans la ville syrienne archéologique de Palmyre, au musée de Mossoul en Irak et à Nimrud, la capitale abyssinienne du 13e siècle qui se trouve aussi en Irak.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus