eon Heon-Kyun/Getty Images Park Geun-hye

SÉOUL, Corée, République de — La présidente sud-coréenne chassée du pouvoir a présenté ses excuses à la population, mardi, alors qu’elle a commencé à être questionnée par les procureurs relativement au scandale de corruption ayant mis fin à sa présidence.

L’interrogatoire de Park Geun-hye se déroule 11 jours après une décision de la Cour constitutionnelle sur sa destitution relativement aux allégations de collusion avec une amie pour extorquer de l’argent à des entreprises et à d’autres méfaits. Elle était suspendue depuis une destitution décidée au Parlement en décembre.

Il s’agit d’une chute brutale pour Park Geun-hye, fille du dictateur assassiné Park Chung-hee, qui avait été élue à titre de première présidente du pays à la fin de 2012. Elle avait profité d’une vague d’appuis de conservateurs qui voyaient en son père un héros ayant sorti le pays de la pauvreté malgré les entraves aux droits civils.

En arrivant au bureau du procureur, l’ex-présidente a présenté ses excuses, et a affirmé qu’elle collaborerait en toute honnêteté à l’enquête.

Il n’était pas clair si ces brefs propos signifient que Park Geun-hye admet des gestes de corruption, ayant précédemment réfuté toute mauvaise conduite.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus