Uncredited Uncredited / The Associated Press

BEYROUTH — Au moins 52 personnes ont été tuées jeudi quand Daech (le groupe armé État islamique) a attaqué plusieurs villages contrôlés par le gouvernement dans le centre de la Syrie.

Au moins un village est tombé entre les mains des djihadistes. On compte une vingtaine de femmes et d’enfants parmi les victimes, dont certaines qui ont été décapitées, selon la presse locale, des responsables médicaux et un groupe d’opposition.

Des soldats ont également été tués.

L’offensive, dans la province centrale du Hama, ciblait des villages principalement habités par des membres d’une petite secte musulmane, ce qui fait craindre qu’ils ne soient massacrés par les militants de Daech. Les villages se trouvent près de la ville de Salamiyeh et de l’autoroute qui relie la capitale, Damas, à la ville d’Alep, dans le nord.

Les djihadistes sont sous pression des forces gouvernementales dans plusieurs autres régions du pays.

Le patron de l’hôpital national de Salamiyeh, le docteur Noufal Sadar, a dit que son établissement a reçu 52 cadavres, dont 11 femmes et 17 enfants. Certains corps avaient été décapités, d’autres amputés.

Des survivants ont raconté que les djihadistes sont passés de maison en maison, décapitant les femmes qu’ils rencontraient. La plupart des enfants avaient été mutilés, tandis que les hommes avaient été tués par des balles ou des obus, selon le coroner Rami Razzouk, qui a inspecté les corps à l’hôpital.

Au moins neuf enfants avaient eu la tête et le visage défoncés avec des objets lourds, comme des briques ou des pierres, et quelques-uns d’entre eux avaient eu la tête presque arrachée, selon le coroner Mazzouk. Deux des enfants avaient été amputés de pratiquement tous leurs membres et ont dû être transportés sur des couvertures, a-t-il ajouté. Il fait état d’environ 120 blessés.

L’Observatoire syrien des droits de la personne, à Londres, témoigne lui aussi de 52 morts, soit 15 civils, 27 soldats syriens et 10 victimes non identifiées. Des dizaines de personnes manquent à l’appel et pourraient avoir été kidnappées par Daech.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!