Ariana Cubillos Ariana Cubillos / The Associated Press

CARACAS, Venezuela — Les États-Unis ont imposé de nouvelles sanctions contre huit membres de la Cour suprême du Venezuela, les accusant d’abuser de leur pouvoir et de porter atteinte à la démocratie du pays.

L’administration Trump a soulevé de nouvelles inquiétudes concernant le président vénézuélien, Nicolas Maduro, et sa tendance à cheminer vers un régime autoritaire.

Le plus haut tribunal du pays est considéré comme étant favorable au gouvernement.

En mars, la Cour suprême avait rendu une décision qui retirait les pouvoirs législatifs à l’Assemblée nationale.

Le président de la Cour suprême, Maikel Moreno, ainsi que les sept autres juges à l’origine du jugement sont visés par les sanctions du département du Trésor américain.

Devant les nombreuses critiques internationales, la Cour suprême avait partiellement infirmé sa décision, mais l’affaire a quand même suscité un mouvement de protestation qui se poursuit près de deux mois plus tard, et qui a fait plus de 40 morts.

«En imposant ces sanctions ciblées, les États-Unis soutiennent le peuple vénézuélien dans son effort de protéger et de faire avancer la démocratie dans le pays», a déclaré le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin.

C’est la deuxième fois que l’administration Trump prive de hauts représentants du Venezuela de leurs avoirs aux États-Unis, en plus d’interdire aux Américains de faire des affaires avec les individus en question.

Plus tôt jeudi, Donald Trump a exprimé son désarroi devant la crise qui sévit au Venezuela. Le président américain a demandé à haute voix comment un pays assis sur l’une des réserves de pétrole les plus importantes au monde pouvait être aux prises avec autant de pauvreté et d’instabilité.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!