Christophe Petit Tesson, Pool via AP Emmanuel Macron et Ibrahim Boubacar Keita

GAO, Mali — Le nouveau président français Emmanuel Macron s’est rendu au Mali vendredi à l’occasion de son premier déplacement à l’extérieur de l’Europe, afin d’illustrer sa détermination à combattre l’extrémisme.

Il a promis de se montrer «intraitable» dans ce dossier.

Quelque 4000 soldats français sont déployés au Mali, au Niger, au Tchad, au Burkina Faso et en Mauritanie pour combattre les groupes djihadistes qui sévissent en Afrique de l’Ouest. «Opération Barkhane» est la plus importante mission militaire française à l’étranger.

M. Macron est arrivé Gao, dans l’est du Mali, où une base militaire française permanente accueille environ 1600 hommes. Il a été accueilli par le président malien Ibrahim Boubakar Keita.

M. Macron a souvent répété, avant le scrutin présidentiel du 7 mai, qu’il accorderait la priorité à la lutte au terrorisme, après que de multiples attaques en France eurent tué plus de 230 personnes depuis 2015.

Il a déclaré, lors de son passage à Gao, qu’il s’attaquera aux causes du terrorisme en faisant la promotion du développement du Mali. Il a ensuite ajouté, lors d’un discours devant les soldats français, que leur mission vise à créer les conditions propices à une «paix durable».

M. Macron a révélé que la France et l’Allemagne entendent renforcer au cours des prochains mois leur collaboration pour combattre les extrémistes dans la vaste région du Sahel. Il a dit en avoir discuté cette semaine avec la chancelière Angela Merkel.

Pour sa part, le président Keita a prévenu que ces extrémistes sont «un ennemi aux mille visages» et que le combat pour les vaincre sera long.

La plupart des groupes que la France combat en Afrique de l’Ouest sont issus, de près ou de loin, de la branche nord-africaine d’Al-Qaïda.

En janvier, le groupe al-Mourabitoun a attaqué une base malienne à Gao quelques jours après une visite de l’ancien président français François Hollande, faisant plus de 75 morts.

Aussi dans Monde :

Dû à un problème technique relié à la publication de publicités sur notre site web, nous avons temporairement désactivé la zone de commentaires sur le site web. En attendant que le problème soit réglé, nous invitons les lecteurs à faire leurs commentaires via notre page Facebook, soit directement sur notre mur, ou en message privé. Merci de votre compréhension et merci de nous lire!