JÉRUSALEM — Le gouvernement israélien a révoqué les autorisations de séjour accordées à 200 000 Palestiniens à l’occasion du mois saint du ramadan dans la foulée de deux attaques contre des policiers à proximité de la vieille ville de Jérusalem.

Le ministère israélien de la Défense en a fait l’annonce après que le premier ministre Benyamin Nétanyahou eut fait part de son intention de détruire les maisons des responsables palestiniens et de resserrer la sécurité à l’entrée de la vieille ville, qui abrite de sites sacrés à la fois juifs, musulmans et chrétiens.

Vendredi soir, trois Palestiniens armés de couteaux et d’une arme à feu ont mené deux attaques contre des agents israéliens, tuant une jeune policière.

Daech (le groupe armé État islamique) avait revendiqué ces attaques, mais des groupes d’activistes palestiniens ont rétorqué que les assaillants comptaient dans leurs rangs.

Dans le cadre de ses mesures annuelles dites «de bonne foi», l’État hébreu avait octroyé à 200 000 Palestiniens de Cisjordanie des permis pour visiter leurs proches en territoire israélien et 100 résidants de Gaza avaient obtenu la permission de participer à des prières à la mosquée al-Aksa de Jérusalem. Ces derniers pourront toujours le faire, mais les 200 000 autres permis ont été révoqués.

Le premier ministre Nétanyahou a reproché au gouvernement palestinien de ne pas avoir condamné les attaques de vendredi et l’a exhorté à cesser «les paiements aux familles de terroristes». Ces indemnités sont versées à quelque 35 000 familles de Palestiniens blessés ou tués dans le cadre du conflit israélo-palestinien, dont des kamikazes et d’autres militants.

Après la vague d’attaques palestiniennes de septembre 2015, Israël avait intensifié sa campagne contre ce «fonds des martyrs».

Depuis, des assaillants palestiniens ont tué 43 Israéliens, deux touristes américains et un étudiant britannique. Au cours de la même période, quelque 250 Palestiniens ont perdu la vie sous des balles israéliennes. Le gouvernement de Nétanyahou soutient qu’ils étaient pour la plupart des assaillants.

Auparavant en Jordanie, la vieille ville de Jérusalem a été conquise par Israël lors de la guerre des Six Jours, en 1967. Il la considère comme sa capitale éternelle et indivisible, tandis que les Palestiniens veulent faire de son secteur est leur future capitale.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!