BAMAKO, Mali — Des présumés djihadistes ont attaqué un lieu de villégiature prisé par les touristes dans la capitale malienne, s’emparant d’un certain nombre d’otages dans l’établissement. Une trentaine de personnes ont réussi à s’enfuir tandis que deux personnes ont été tuées, ont indiqué les autorités, dimanche.

Le directeur général de la police nationale Moussa Ag Infahi a déclaré à l’Associated Press que trois assaillants avaient été tués tandis que le quatrième est parvenu à s’échapper.

Un témoin, Mahamadou Doumbia, a raconté qu’un motocycliste est entré dans le centre vers 15 h 40 (heure locale). Celui-ci a crié «Allah Akbar» avant de sauter de son engin et de courir vers la piscine.

Une auto avec trois djihadistes a suivi la moto. Les hommes ont commencé à ouvrir le feu avec des armes, a ajouté M. Doumbia. Un soldat français, venu en touriste, a sorti son fusil, a tiré et blessé un des assaillants.

Le ministre de la Sécurité du Mali, Salif Traoré, a publié un communiqué confirmant la mort d’au moins deux personnes, dont une Franco-Gabonaise.

Un des assaillants est parvenu à s’enfuir même s’il avait été blessé, a ajouté le ministre.

À la tombée de la nuit, des témoins disent avoir aperçu de la fumée s’élever du Campement Kangaba. On ignore ce qui brûlait. Par le passé, des djihadistes ont mis le feu à des automobiles.

Personne n’a encore revendiqué l’attaque qui survient au cours de la dernière semaine du ramadan.

Un responsable de la sécurité de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA) a dit que parmi les clients figuraient des membres de la mission militaire française, des employés de l’ONU et de l’Union européenne en poste dans la région.

Des soldats maliens sont parvenus à pénétrer dans la place, selon un porte-parole des forces spéciales maliennes, Modibo Traoré. L’opération militaire se poursuit, a indiqué le commandant Traoré qui a fait état de trois ou quatre assaillants.

Les extrémistes religieux, pourtant évincés du nord de cette ancienne colonie par les forces françaises, continuent à s’en prendre à des bases militaires maliennes et aux missions de maintien de la paix de l’ONU.

L’attaque de dimanche survient près d’une semaine après que le département d’État des États-Unis eut signalé de «possibles futures attaques contre des missions diplomatiques occidentales» dans des endroits fréquentés par des étrangers.

En novembre 2015, des djihadistes avaient tué 14 étrangers et 6 Maliens à l’hôtel Radisson Blu de Bamako.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!