AP

BRUXELLES — Les négociations sur le Brexit entre le Royaume-Uni et l’Union européenne ont finalement débuté lundi à Bruxelles, un an après que les Britanniques eurent décidé de claquer la porte de l’UE.

Les deux principaux négociateurs, Michel Barnier pour l’UE et David Davis pour le Royaume-Uni, ont tenté de jeter les bases de leur relation, ce qui déterminera du ton du plus important divorce politique des dernières décennies.

M. Barnier a annoncé qu’il veut s’attaquer immédiatement aux «incertitudes» générées par le Brexit, notamment en ce qui concerne les citoyens qui vivent sur le territoire de l’autre, l’arrangement frontalier entre le Royaume-Uni et l’Irlande, et le montant que devra verser Londres pour se dégager de ses engagements envers l’UE.

M. Davis a dit rechercher un ton «positif et constructif» pour régler la myriade de questions qui divisent les deux camps.

Le gouvernement de la première ministre britannique Theresa May s’est déclaré confiant de pouvoir conclure une «entente audacieuse et ambitieuse qui servira les intérêts de tout le Royaume-Uni».

L’UE a dit être elle aussi à la recherche d’un compromis équitable.

«Si nous ne réussissons pas, les deux camps perdront», a prévenu le ministre autrichien des Affaires étrangères, Sebastian Kurz.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!