Uncredited Uncredited / The Associated Press

MOSCOU — Les avions de la coalition américaine qui survolent les secteurs contrôlés par le régime syrien à l’ouest de l’Euphrate seront dorénavant considérés comme des cibles potentielles, a prévenu lundi le ministère russe de la Défense.

Moscou a lancé cet avertissement au lendemain de la destruction d’un Su-22 syrien par les forces américaines. L’avion avait précédemment largué des bombes près des Forces démocratiques syriennes (FDS), qui sont appuyées par les États-Unis et qui combattent Daech (le groupe armé État islamique).

L’avion a aussi été abattu après que l’Iran eut tiré des missiles contre des positions de Daech dans l’est de la Syrie, en représailles pour deux attentats suicides qui ont fait 17 morts à Téhéran plus tôt ce mois-ci.

Des secteurs du nord de la Syrie, à l’ouest de l’Euphrate, ont été repris à Daech par les forces syriennes au cours des derniers mois.

Le Kremlin semble vouloir empêcher les États-Unis de frapper de nouveau les avions ou forces du régime syrien dans l’est du pays. Moscou a demandé à Washington d’expliquer clairement pourquoi il a décidé d’abattre le Su-22 syrien.

La Russie compte parmi les principaux alliés de Bachar el-Assad et fournit une couverture aérienne à l’offensive gouvernementale depuis 2015.

L’armée américaine a confirmé qu’un chasseur Super Hornet F-18 a détruit un Su-22 qui venait de bombarder les FDS. Ces forces ont ensuite intimé aux troupes gouvernementales de mettre fin à leur attaque.

La guerre civile syrienne ne cesse de gagner en complexité et des hostilités entre les FDS et l’armée syrienne, qui ont pourtant comme objectif commun la destruction de Daech, ne feraient qu’envenimer encore davantage la situation.

Un porte-parole des FDS accuse les forces syriennes de vouloir les empêcher de s’emparer de Raqqa, la capitale de fait des djihadistes.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!