Bertrand Combaldieu Bertrand Combaldieu / The Associated Press

PARIS — Un homme sur le radar des autorités françaises pour extrémisme est mort, lundi, après avoir foncé avec une automobile transportant des armes et des explosifs dans un fourgon de la police française sur les Champs-Élysées, à Paris. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour terrorisme.

Les policiers ont bondi de leur véhicule vers celui de l’assaillant, brisé les fenêtres et retiré le chauffeur dans une apparente tentative de lui sauver la vie, selon des témoins. Le ministère de l’Intérieur a confirmé la mort de l’assaillant.

Personne d’autre n’a été blessé en dépit des foules de touristes et de passants sur la célèbre avenue à l’occasion d’une journée chaude et ensoleillée, a indiqué la police de Paris.

Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a parlé d’une «tentative d’attentat» et a soutenu que cela démontrait de nouveau que le niveau de menace en France est extrêmement élevé. Le ministre a profité de l’occasion pour expliquer la nécessité persistante de l’état d’urgence, en vigueur depuis 2015, et qu’il compte prolonger jusqu’au 1er novembre.

S’il est confirmé qu’il s’agissait bien d’un acte délibéré, ce serait la cinquième fois cette année que les forces policières sont prises pour cible à Paris ou dans les environs.

L’escouade antibombe a été appelée aux Champs-Élysées.

Deux responsables de la police ont affirmé à l’Associated Press, sous le couvert de l’anonymat, que le chauffeur avait une arme de poing sur lui, et qu’il était grièvement brûlé après l’explosion du véhicule. Ils ont identifié l’assaillant comme un homme de 31 ans d’Argenteuil, en banlieue de Paris, ayant été fiché «S», en raison de son appartenance alléguée à la «mouvance islamiste radicale».

Le ministre de l’Intérieur a fait valoir que la présente situation en France démontrait la nécessité d’adopter une nouvelle loi sur la sécurité qu’il présentera pour «maintenir un niveau élevé de sécurité» sans l’état d’urgence.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!