AP

IRBIL, Irak — Daech (le groupe armé État islamique) a détruit un autre trésor archéologique irremplaçable, cette fois la mosquée Al-Nouri de Mossoul, en Irak.

C’est pourtant du sommet du célèbre minaret incliné de cette mosquée construite au 12e siècle que son leader, Abou Bakr al-Baghdadi, avait proclamé la naissance de son califat, il y a trois ans.

La destruction de la mosquée envoie un message fort aux forces irakiennes et de la coalition américaine qui encerclent le dernier fief de Daech dans la vieille partie de la ville.

Le ministère irakien de la Culture a expliqué que les djihadistes ont fait sauter mercredi soir des explosifs qui avaient été cachés à l’intérieur de la mosquée. Le premier ministre Haider al-Abadi a lancé sur Twitter, jeudi matin, que cette destruction démontre que les militants savent qu’ils ont perdu le contrôle de la deuxième plus grande ville du pays.

Le minaret de la mosquée Al-Nouri, aussi connue sous le nom de Grande mosquée de Mossoul, s’inclinait comme la Tour de Pise depuis 840 ans.

Les djihadistes ont détruit la mosquée à l’occasion de Laylat Al-Qadr (ou Nuit du Destin), la nuit la plus sacrée pour les musulmans et lors de laquelle on commémore la révélation du Coran au prophète Mahomet pendant le mois sacré du ramadan.

Daech prétend que la mosquée a été détruite par une frappe aérienne de la coalition américaine, mais un porte-parole de la coalition a dit que les avions de la coalition «n’ont pas lancé de frappes dans ce secteur à ce moment».

Les djihadistes avaient tenté de détruire le minaret pour une première fois en juillet 2014, en affirmant qu’il contrevenait à leur interprétation fondamentaliste de l’islam. Les résidants de Mossoul avaient alors formé une chaîne humaine autour du monument pour le protéger. Daech a anéanti en Irak et en Syrie des dizaines de sites historiques et archéologiques qui, selon lui, font la promotion de l’idolâtrie.

La mosquée Al-Nouri se trouvait en plein coeur de la Vieille ville de Mossoul. Les militants de Daech sont retranchés dans ce quartier où sont toujours coincés environ 100 000 civils.

Aussi dans Monde :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!